accueil
les formations
accompagnement
accompagnements globaux
documents partagés
documents partagés
intros à la cnv
jeu cnv
Textes inspirants
sur le yoga
les livres
contes
canalisations
partage
les liens
les liens
 

SUR LE YOGA












Je vous partage quelques extraits de la magnifique somme sur le Yoga que constitue le livre Corps de vibration d’Eric Baret

« L’émotion embrasse la vie dans sa totalité : la pratique rituelle se retranscrit dans tous les aspects de l’existence. Cette Conscience de Shiva met en question les nœuds corporels qui sont autant de prise pour la personne. Dans une attention sans dynamique de changement, ces restrictions se meurent dans l’état méditatif. Cette absence d’intentionnalité, cette intensité sans direction, est l’essence de l’acte rituel.

L’expérience de l’équivalence de l’univers et du corps, base de l’exploration tactile telle que proposée par le Vijnana Bhairava Tantra et la tradition cachemirienne, révèle la relativité des notions de pur et d’impur, qui met en question nos activités ordinaires... Transposée dans le monde occidental, cette évidence est la remise en question de toutes les hiérarchies, aussi subtiles soient telles qui apparaissent alors comme représentation dualiste de nos restrictions mentales…

Quelle humilité pourrait être plus intense que celle de percevoir son arrogance ? Privilégiant la voie du blâme chère à Ibn Arabi, se refusant à ceux qui voudraient s’en décorer, selon Abhinavaguptala réalisation s’exprime par l’invisibilité et la non-référence. C’est pour cela que le Prophète invoque : « accrois ma perplexité envers toi », rien ne pouvant être appréhendé par la pensée ou mémorisé, l’ouverture à laquelle nous convie le shivaïsme du Cachemire est littéralement impensable. »




Ishâ Upanishad

Extraits du Hatha-Yoga-Pradîpika

Introduction au shivaïsme tantrique cachemirien
par Jean Bouchart d'Orval

Généralités sur les âsanas et les mudras
par Eric Baret

Citations de la Bhagavad Gîtâ sur le non-agir

Upanishads du Yoga (extraits)
traduit du sanskrit par Jean Varenne